Destinés

Nouvelle écrite par Elia Kasner et Juliette Pili , élèves de 3ème au collège Victor Hugo de Besançon

 

Diane retint son souffle. Elle savait  que quand elle ouvrirait les yeux, elle verrait enfin la couleur de son cristal définitif. « Allume-toi », dit-elle d’une voix grave et tremblante, et la cellule de sommeil s’illumina. Le drap  de satin pourpre glissa doux  le long de ses jambes élancées lorsqu’elle les replia devant elle. Puis, elle amena sa délicate main devant son visage. Elle prit une grande inspiration et ouvrit les yeux. Une larme de bonheur profond roulait le long de ses joues en même temps que son éclatant sourire s’élargissait à la vue de son cristal. Avec des gestes contrôlés pour ne rien gâcher, elle entreprit de déposer ses mèches noires et bouclées derrière ses oreilles. Tout devait être parfait. Alors elle le contempla de ses yeux vert pâle : le cristal brillait d’un bleu saphir pourvu de reflets mauves et émeraude. Elle voyait flou tant la joie irradiait son corps. Elle se reprit, car se laisser aller aux grandes émotions était déconseillé ; et puis elle intima à son lit suspendu de se poser sur le sol.

«  Depuis les années 2540, après l’Effondrement,  à la vue du chaos économique et social, les gouvernements, aidés des conseils scientifiques, mirent en place une mutation génétique rendant les êtres humains porteurs de cristaux implantés dans la paume de la main gauche, dont l’éclat et la couleur changent jusqu’à l’âge de 14 ans. Seuls deux individus seront porteurs du même cristal. Ils seront destinés à s’aimer profondément, vivre dans la même cellule d’habitation et se reproduire, jusqu’à l’âge légal. Cependant, une petite partie de la population est atteinte d’une anomalie : leurs cristaux ne se colorent pas et ils ne peuvent pas se reproduire. Ils sont retardés intellectuellement et nuisent à la population civilisée… » La sonnerie retentissante sortit Diane de son ébahissement. Elle passa à travers la porte opaque du cours de sciences sociales et génétiques pour rejoindre ses amies dans la cellule de pause. Gaby, Cléo, et Théa coururent vers elle pour l’embrasser et lui fêter son cristal définitif. Ce jour-là, Diane avait 14 ans. Calme, l’air intéressé, Cléo regardait de ses yeux noirs et légèrement « bridés », comme elle disait. Elle disait aussi que cette forme venait de civilisations perdues et que les chercheurs n’avaient pas réussi à éradiquer ce caractère : personne ne la croyait, mais personne n’avait vu d’yeux pareils non plus : c’était magnifique. Comme pour comparer elle leva la main gauche : on remarquait tout de suite le violet  profond de son cristal, simple et dénué de toute impureté. Tout le monde s’émerveillait devant, mais elle ne l’aimait pas. Toute la cellule scolaire savait qu’elle rêvait d’être cristallisée à Josh, mais plus ils grandissaient, plus leurs cristaux différaient. Et puis, la probabilité d’être cristallisé à quelqu’un que l’on connaît est très faible. Pour rire, on lui avait même suggéré de se faire opérer clandestinement au marché blanc pour échanger son cristal, comme les plus grands terroristes qui se faisaient exécuter chaque jour sur la Place de la Reconstruction. Cette blague ne la faisait pas du tout rire. Théa, la tête dans les nuages, était déjà concentrée sur autre chose que le cristal pourtant extraordinaire. Elle paraissait fixer les grands panneaux d’hologrammes projetés dans la grande cellule circulaire. Ils affichaient toutes sortes d’informations : les menus, les sondages scolaires, et même les criminels  recherchés par les Cryos, les unités spéciales dont le but est de traquer les blancs et leurs matricules. Diane  y jeta un œil hagard, mais un visage l’interpella. En dessous de celui-ci était affiché son matricule:59-BZ.  Diane n’y prêtait pas attention : elle était focalisée sur le visage du garçon représenté en 3D dans toute la cellule circulaire.  Les yeux gris de 59-BZ la transperçaient et ses légères boucles châtains ainsi que ses traits fins la faisaient sourire. Quand l’hologramme s’évanouit, Diane se sentit abandonnée. Mais le sourire béat revint quand elle s’accrocha au souvenir. L’espace de quelques secondes, elle avait tout oublié. Sa vie, ses amis, et son cristal.

 Pour rentrer dans le Complexe de  recherche à la Cristallisation, il fallait être âgé d’au moins quatorze ans. Diane pénétra dans la cellule de scan; elle attendait ce moment depuis son plus jeune âge et elle était très nerveuse. De nombreux scanners étaient mis à disposition. La jeune fille, tremblante, plaça sa main cristallisée à l’horizontale au-dessus de la discrète machine. Le temps parut ralentir. Les battements de son cœur résonnaient dans tout son corps comme des secousses et les respirations semblaient  interminables. La sueur brouillait son regard, mais elle put distinguer la lueur verte qui émanait des grandes lettres. « DESTINE IDENTIFIE » qui s’échappaient de l’hologramme. Un nom, une photo. Son destiné. « Milo 36-PS » était le garçon avec qui elle allait passer le reste de sa vie. Il avait l’air doux et gentil. Mais elle ne pouvait s’empêcher d’essayer de retrouver en son visage les traits de « 59-BZ ». Si quelques personnes l’applaudirent, Diane n’entendit pas. Elle vivait dans le temps arrêté, le silence et la douleur qu’elle ressentait à ne pas voir ses yeux gris.

  Vide, neutre, Diane marchait vers  sa cellule d’habitation. Elle alignait chaque pas à contrecœur. Dans ses pensées, elle n’entendit pas le klaxon d’une motorfly qui lui fonçait dessus. Soudain, une main agrippa son bras et la tira en arrière, pour la ramener sur le trottoir. Tout s’était passé l’espace d’un instant et Diane, déboussolée, ne comprit qu’une seule chose ; l’inconnu lui avait sauvé la vie. C’est ainsi qu’elle rencontra « 59-BZ »

 

Seule dans la pièce obscure et exiguë, la respiration saccadée, Diane fit un pas vers le meuble où reposait son uniforme simplement plié. Après l’avoir revêtu, Diane se contempla dans le miroir et se rendit compte à quel point la petite fille qu’elle était avait changé. Elle retira une poussière de son épaule puis se pencha pour prendre son arme. Quand la porte s’entrouvrit, elle se retourna. Les regards graves des amants se croisèrent et ils puisèrent l’un dans l’autre les dernières forces nécessaires pour leur dernière bataille. Tous deux hochèrent la tête. Ils étaient prêts.

 

DEUX GENERATIONS PLUS TARD

Eleanor se réveilla en sursaut. La sueur au front, elle se précipita dans le lit chaud et chaleureux de ses parents. Sans difficultés, sa mère lui fit une place moelleuse. Dans quelques minutes elle se lèverait pour partir à l’école, mais elle savourait ce moment. Chiara, sa mère, intima à la chambre de s’allumer. Paul, son père, lâcha un grognement et sa fille gloussa. La maison sentait le café chaud et les toasts grillés. Les sourires et les éclats de rire réchauffaient l’ambiance de la maison.

Puis Eleanor partit pour l’école. Elle était surexcitée, aujourd’hui avait lieu un cours qui la passionnait:

Doc.1 : Extrait du résumé de Meneurs, 3047. « Deux générations auparavant, notre population subit un régime totalitaire et des lois liberticides. Le cristal  implanté dans la main gauche de tout être humain contrôlait son futur et ses ambitions. Discriminée, une partie de la population n’avait droit à aucun agissement : les « Blancs ».Ces personnes atteintes d’une anomalie génétique, étaient porteurs d’un cristal dépourvu de toute couleur. Ces individus étaient interdits de toutes relations sentimentales ou sexuelles, d’étude, de sport, et de toute autre activité propice au développement d’un être humain psychologiquement ou physiquement. Parias, ils étaient utilisés par le reste de la population. Mais deux personnes changèrent le cours de l’histoire : « Diane 78-ZI » et « Matt 59-BZ ». Leur amour impossible les rendit capables de changer les choses. Pendant de longues années, ils se cachèrent et étendirent secrètement leurs réseaux. Ensemble, puis aidés de nombreux partisans, ils créèrent et menèrent la Résistance…  

 Doc.2 : Extrait des Archives de Davva, 3046.« Le 5 septembre 3045, Diane et Matt Brown renversent le Palais de Direction et mettent un terme aux combats. La 1ere République est mise en place le 19 septembre. Ils rédigent ensuite la Déclaration de Droits de l’Homme en rapport à son Cristal, qu’ils signent le 11 novembre, aidés du Gouvernement provisoire…

  Doc.3 :   Extrait de La déclaration de Droit de l’Homme en rapport à son Cristal du 11 novembre 3045

Article 1- Les Hommes naissent et demeurent libres et égaux en droit quels que soient leurs cristaux.

 Article 5-3- Chaque être Humain et libre d’aimer qui il veut et d’occuper la fonction qu’il souhaite, le cristal ne peut contrôler ce droit en aucun cas.

  Article 7- Aux élèves des générations futures, seront enseignées l’histoire et la culture de l’ancien régime afin que par eux-mêmes, ils saisissent l’engrenage des lois liberticides. »  

                                          

Eleanor avait passé une bonne journée. En rentrant, elle passa devant l’hologramme représentant ses grands-parents. Tous deux vêtus d’uniformes de la résistance, ils affichaient ensemble un sourire éclatant ainsi qu’un regard assuré. Le jeune homme aux yeux gris tenait la femme par la taille. Elle, fière et belle, semblait comblée par la joie. Ses mèches bouclées volaient au vent et ses yeux pâles adoucissaient le paysage. Eleanor sourit avec ses grands-parents. Et d’une voix grave et tremblante, elle dit : « Salut mamie. Tu me manques. »