Les murs-frontières, refus du droit à circuler librement

Samedi 11 février à 17h, salle Proudhon

Les murs salle Lesmurs

Les murs-frontières, refus du droit à circuler librement 

Les murs frontières « symboles de clivage et de séparation » se multiplient aujourd’hui, alors que la mondialisation des échanges, de l’information, de la consommation nous est présentée comme illimitée. Ces murs-frontières, qui ne sont là que pour être franchis, sont-ils le reflet d’une idéologie dominante  ou traduisent-ils la peur de l’autre, la peur de se reconnaître dans l’autre, l’étranger ?

Les murs frontières excluent l’autre et génèrent des conflits. Actuellement on compte 65 murs construits et planifiés soit 40 000km de long, la circonférence de la terre, la majorité des murs construits l’ont été depuis 2010. Dans le même temps, on observe une augmentation du nombre de personnes fuyant leur pays pour chercher refuge ailleurs.

Quelle civilisation veut-on protéger avec ces murs ?

Quelles conséquences sociologiques et politiques peut-il en résulter pour la population concernée ?

Que deviendra le droit à circuler librement ?

Avec :

Catherine Wihtol de Wenden bis

Catherine Wihtol de Wenden,

politologue et sociologue française militante du droit à l’immigration en France. Elle est Directrice de recherche  CNRS dans le domaine de mondialisation des migrations et de migrations et relations internationales, auteure de « Atlas des migrations : un équilibre mondial à inventer » chez Autrement

 

stephane_rosiere_07258_crises_et_mutations– Stéphane Rosière  géographe et spécialiste de géographie politique et géopolitique (université de Reims) il est porteur du projet ANR « Murs » et a participé à la conférence BRIT (cycle de conférences bi-annuelles réunissant des spécialistes pluridisciplinaires des frontières)

Directeur de publication de la revue en ligne L’Espace politique, revue de géographie politique et géopolitique en ligne1 référencée par l’AERES.

 

BouconMédiation par Daniel BOUCON

 

 

 

 

 

Rappel de l’article 13 de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme (DUDH) du 10/12/1948

  1. Toute personne a le droit de circuler librement et de choisir sa résidence à l’intérieur d’un Etat
  2. Toute personne a le droit de quitter tout pays, y compris le sien, et de revenir dans son pays

1 pensée sur “Les murs-frontières, refus du droit à circuler librement”

Les commentaires sont fermés.